L’indicateur Beelong

Notre mission

Notre mission est de faire le lien entre la théorie du développement durable et l’applicabilité sur le terrain, afin de réduire l’impact de l’alimentation sur l’environnement en donnant des clés pratiques à l’industrie de la restauration.

En 2050, nous serons près de 10 milliards de bouches à nourrir sur la planète. Mais la manière dont nous polluons et épuisons les ressources de la terre ne pourra pas durer. Que ce soit à cause de la production des aliments, de leur transport ou de leur transformation, l’impact écologique de l’alimentation est même plus important que celui des transports. Nous devons donc agir en consommant plus durablement.

Notre mission

L’analyse

L'indicateur Beelong

L'indicateur Beelong

L’indicateur Beelong évalue l’impact de la nourriture selon les 5 principaux groupes de critères ci-dessous.

Ainsi, un aliment, un plat ou l’ensemble des achats d’un restaurant peuvent obtenir une note entre A et G, déterminant leur performance environnementale.

Voir un exemple
« buy local »

Provenance « buy local »

  • Distance
  • Mode de transport

En favorisant des produits locaux l’on réduit considérablement la distance entre le lieu de production des aliments et leur lieu de consommation, divisant ainsi par 5 leur impact environnemental.

« live with the seasons »

Saison « live with the seasons »

  • Cycles naturels des fruits et légumes

En achetant des fruits et légumes selon les calendriers des saisons, l’on respecte les cycles naturels des aliments et le gaspillage énergétique est limité.

« prefer food labels »

Mode de production « prefer food labels »

  • Biodiversité
  • Sols et eaux
  • Conditions d’élevage
  • Etat des stocks de poissons
  • Technique de pêche
  • Taille de maturité

En choisissant des produits avec un label garantissant des critères environnementaux, l’on favorise une agriculture durable, respectueuse de la biodiversité, des animaux, des sols et des eaux.

« cook fresh »

Transformation « cook fresh »

  • Degré de transformation des aliments (brut vs. surgelé)

En travaillant des produits frais et bruts, l’on réduit l’utilisation de conservateurs et d’emballages, l’on valorise le savoir-faire culinaire, et l’on privilégie la transparence via une meilleure connaissance de ses produits.

« be CO2 conscious »

Climat et ressources « be CO2 conscious »

  • CO2
  • Utilisation du sol
  • Stress hydrique
  • Pollution de l’eau

En réduisant sa consommation de protéines animales l’on diminue les émissions de CO2, l’utilisation de l’eau, l’érosion des sols ou encore la déforestation liée à l’élevage.

Un exemple de plat - L'omelette campagnarde

Quelques changements simples ne coûtant pas plus chers peuvent faire la différence! En choisissant des produits locaux que l’on trouve facilement dans la région et en privilégiant les labels, l’on peut considérablement réduire l’empreinte écologique de ses aliments. Et le tout sans impliquer nécessairement une augmentation de prix!

Privilégier des produits locaux permet de réduire la distance de transport et de privilégier l’agriculture suisse, qui respecte déjà des normes écologiques particulièrement strictes. De plus, de nombreux labels régionaux ne coûtent pas plus cher et intègrent des critères environnementaux dans leur cahier des charges. Alors pourquoi s’en priver ?

Bien évidemment, l’impact de chaque plat est différent et les contraintes sont diverses et variées. Ainsi, les résultats de cet exemple ne sont naturellement pas généralisables mais des compromis sont toujours possibles pour permettre des améliorations. Les grands changements sont la somme de petits efforts !

Un exemple de plat - L'omelette campagnarde
Un exemple de plat - L'omelette campagnarde

Revue critique

Développé sous la forme d’un compromis entre théorie environnementale et applicabilité sur le terrain, l’indicateur Beelong évolue constamment et sa méthodologie fait régulièrement l’objet d’une revue critique par un panel d’experts objectifs et indépendants.

Blanc