Blog

Infusion verveine : Même produit, même ingrédient, mais des notes bien différentes

Publié le

Après l’explosion du thé traditionnel et des teatox, c’est au tour de la tisane de redorer son blason. Réservée, il y a quelques années encore, aux amateurs de remèdes de grand-mère, elle semble aujourd’hui séduire un public de plus en plus large. Et pour cause, la tisane est la deuxième boisson la plus consommée en Suisse après l’eau minérale et l’eau du robinet.

A l’heure où la tendance est au bien-être et à la détox, tisanes et infusions en tout genre envahissent les étals de nos supermarchés pour combler des consommateurs en quête de naturel et de santé. Relaxantes, apaisantes ou détoxifiantes, elles sont riches en principes actifs qui renforcent l’organisme, facilitent la digestion ou encore le sommeil. Mais dans les sachets, la plupart des plantes ne sont pas sauvages, mais cultivées. Alors cette culture est-elle toujours bien maîtrisée ? D’où viennent réellement les plantes utilisées pour confectionner ces délicieux breuvages ?

Beelong s’est intéressé à l’une des infusions préférée des Suisses, la verveine – appréciée notamment pour ses vertus digestives et apaisantes – et a comparé 3 d’entre-elles : L’infusion verveine de la marque Lipton, celle de Twinings et celle de Grand-St-Bernard.

Si Lipton – leader  mondial sur le marché du thé, des infusions et du thé glacé –  met en avant le fait que son infusion soit « élaborée exclusivement avec des feuilles de verveine », impossible en revanche d’en savoir plus quant à la provenance de celles-ci. Et il semblerait que cette opacité soit volontaire de la part de la marque, puisque cette dernière refuse ouvertement de communiquer sur la provenance des ingrédients qu’elle utilise, comme indiqué ci-dessous par leur service consommateur:

« Veuillez comprendre qu’au-delà des informations déclarées sur nos sites Internet ou sur l’emballage du produit, nous ne sommes en mesure de vous donner des informations supplémentaires ni où un produit en particulier a été fabriqué ni d’où proviennent tous les ingrédients de nos produits. »

Fortement pénalisé notamment pour son manque de transparence, le géant mondial obtient finalement la note de E sur une échelle allant de A à G.

Verveine Lipton

Lieu de consommation : Suisse / Provenance : Non communiquée / Aspect : Brut / Pas de label

Sur la deuxième place du podium, la marque anglaise Twinings, réputée notamment pour son thé « Original Earl Grey ». S’il n’est pas possible de trouver des informations sur la provenance de notre chère verveine sur le site internet de la marque, on en apprend un peu plus sur le contenu de nos petits sachets au dos de l’emballage. On y découvre que le produit est « mélangé et conditionné au Royaume-Uni ou en Pologne à partir d’ingrédients importés ». La fiche technique de ce même produit est quant à elle un peu plus vague et nous indique que la plante aromatique nous vient d’Europe. Un effort de communication qui permet cependant à la verveine Twinings d’obtenir la note plutôt satisfaisante de C-.

Verveine Twinings

Lieu de consommation : Suisse / Provenance : Europe / Aspect : Brut / Pas de label

Si beaucoup de consommateurs  s’orientent plus facilement vers les marques qu’ils ont vues dans diverses campagnes publicitaires, on trouve aussi d’excellents produits dans nos rayons.

C’est le cas notamment de la marque Grand-St-Bernard, qui propose une infusion verveine issue de l’agriculture biologique. Des plantes cultivées dans le Valais et un produit labellisé Bourgeon Bio Suisse témoignant de la qualité des matières premières utilisées, difficile de faire mieux… Un produit réservé aux portefeuilles bien garnis ? Et bien non, puisque son prix n’est que d’un petit francs plus cher que celui de ses concurrents !

Presentation1

Lieu de consommation : Suisse / Provenance : Suisse, Valais  / Aspect : Brut / Label: Bio Bourgeon

Vous l’aurez donc compris, ce n’est malheureusement pas parce qu’une marque est leader sur le marché qu’elle fait preuve de transparence quant aux ingrédients qu’elle utilise… Afin de réduire l’impact environnemental de nos achats alimentaires, veillons donc à favoriser si possible les produits suisses et labellisés, ou au moins les marques transparentes quant à la provenance de leurs ingrédients. Pour pouvoir acheter en toute connaissance de cause.

 

Pour en savoir plus :

 

Laissez vos commentaires


Categories

À ne pas rater !

Archives