L’Eco-score Beelong dans les rayons d’Edelweiss Market – Le Nouvelliste

Article publié le 7 août dans Le Nouvelliste et rédigé par Hélène Krahenbuhl.

 

En s’alliant avec la start-up lausannoise Beelong spécialisée dans le développement durable, Edelweiss Market devient le premier magasin en Suisse à afficher l’empreinte environnementale de ses produits grâce à un éco-score. « En dehors de tout label, on a toujours prôné la traçabilité de nos produits et les circuits courts », explique son directeur Sébastien Bruchez. « Ainsi, cet indicateur développé par une entreprise indépendante entre pleinement en adéquation avec la philosophie de notre magasin. Celle de donner une information claire et transparente à nos clients », ajoute le fondateur de l’enseigne valaisanne.

 

Des fruits et légumes passés sur le gril

Présenté sous forme de pastilles de couleurs, l’éco-score note les aliments sur une échelle de A à G en fonction de différents critères tels que la saisonnalité, le degré de transformation, la provenance ou encore le mode de production du produit. Pour l’heure, il est uniquement utilisé sur les fruits et légumes du magasin de Bramois. « C’est un premier test. A terme nous aimerions déployer l’indicateur dans nos 28 autres points de vente et l’afficher sur d’autres produits frais, comme les fromages », projette Sébastien Bruchez.

Un éco-score qui permet de choisir ses fruits et légumes en toute connaissance de cause et qui, ce faisant, met le consommateur face à ses responsabilités. Des responsabilités loin d’être négligeables aux yeux de Mathias Faigaux, co-fondateur de la start-up qui a mis sur pied l’indicateur il y a cinq ans. « On sait que l’alimentation en Suisse représente plus de 28% de l’impact environnemental, soit plus que les transports. »

 

Un client qui reste roi

Si l’objectif d’Edelweiss Marketé est de favoriser la vente de produits « A » (meilleure note), Sébastien Bruchez est bien conscient qu’il n’est pas possible de supprimer complètement l’offre de certains aliments mal notés, mais très demandés. « On continuera à commander et à vendre des bananes et des kiwis, mais le client sera au courant des problématiques environnementales liées à son choix alimentaire. »

Le déploiement de l’indicateur dans les autres points de vente de l’enseigne pourrait être prévu dès la fin de l’année. « On tient à ce que nos employés soient bien formés sur le fonctionnement de l’indicateur pour qu’ils puissent ensuite informer nos clients le plus efficacement possible », souligne Sébastien Bruchez, bien convaincu que l’aventure ne s’arrêtera pas à Bramois.

 

Plus de transparence pour la planète

Créé il y a cinq ans par l’entreprise indépendante Beelong basée à Lausanne, l’éco-score veut promouvoir la transparence du marché alimentaire en Suisse. Si ses principaux clients restent pour l’heure la restauration collective et les marques agroalimentaires, la start-up ne compte pas s’arrêter là.

« On aimerait à terme que n’importe quel consommateur puisse choisir ses produits en fonction de leur impact environnemental et pas uniquement sur le prix et la qualité », explique son cofondateur Mathias Faigaux pour qui les enseignes ont un grand rôle à jouer dans la sensibilisation du consommateur.

 

Télécharger l’article en PDF